Monts Irréels

Les Monts Irréels sont en réalité une ville médiévale qui porte le nom de la Montagne dans laquelle elle s'est développée. A la base, c'était une école mais aujourd'hui toute une ville s'est crée...
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 l'éveil d'un héros

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dantes
Paysan
avatar

Nombre de messages : 732
Age : 30
Date d'inscription : 02/10/2006

Statistiques du personnage
camp: bien
type: guerrier = soldat
PV:
20/200  (20/200)

MessageSujet: l'éveil d'un héros   Mer 23 Jan - 12:54

Je m'appelle Owen Call et je vais mourir...

Trop longuement j'ai foulé cette Terre, et j'ai vu trop de choses. Je fais parti de la légende, car j'ai bien connu Dantes, celui qu'on surnommait "le fléau noir". Le dernier roi des Terres Enchantées. Le libérateur. J'étais à ses côtés quand il a combattu le prince démon aux mille visages et s'est dressé face à l'envahisseur barbare. J'aimerais me souvenir une dernière fois et raconter l'histoire telle qu'elle s'est réellement passée ; et pas comme on la raconte aujourd'hui, au coin de la cheminée. J'étais barde, je connais son mythe par cœur : c'est moi qui l'ai écrit. Mais j'ai laissé la vérité de côté. Le fléau noir n'était par ce héros aux cheveux longs et blancs, et aux yeux débordant de bonté que l'on chante aujourd'hui. Dantes était un menteur doublé d'un assassin, un homme qui aurait égorgé son meilleur ami si cela avait desservi ses dessins.

Mais il n’en avait pas toujours été ainsi.

A l’aube de sa vie – il n’était alors qu’un jeune homme rieur et vagabond – rien n’aurait laissé présager le destin sanglant qui serait sien. La vision qu’il portait sur le monde était dénuée de haine ; voyez-vous en ce temps, je ne doute pas qu’à ses yeux, la splendeur revêtait l’apparence d’un champs en fleurs, et si les guerres ne le révoltaient pas, l’injustice en revanche, était selon lui la plus néfaste des corruptions pouvant ronger le cœur d’un homme. Vous vous demandez ce qui me fait dire ça ? Asseyez-vous mes amis, et laissez-moi vous conter son histoire. L’histoire d’une rédemption.

Mais par où commencer ? Vous ne savez pas ? Evidemment, vous ne connaissez pas la vie du garçon. Mais si vous aviez connu Dantes comme moi, nul doute que cela vous semblerait une évidence. Vous me diriez : « Commence par le début conteur. Où débuter si ce n’est à Axia ? »

En cette ère de révolte, Axia se dressait, somptueuse – délice d’architecture et de monuments raffinés -, sa beauté défiant l’entendement des humains. Nul surprise à cela, car à sa tête trônait Virgil, le roi qui se prenait pour un dieu. Par ailleurs l’ego de Virgil n’était pas son seul trait de caractère le démarquant des hommes ; il nourrissait aussi une ambition démesurée. A la tête de la plus grande armée du Vieux Sud, il menait campagnes après campagnes, détruisant les comtés conquis qu’il faisait rebâtir à l’image de la ville souveraine. On prétendait que les hommes d’Axia étaient invincibles, et ce n’était pas loin d’être vrai. En tout cas, Virgil n’avait jamais connu la défaite ; c’est d’ailleurs à cela qu’il devait son nom. Le roi des batailles. Oui mes enfants, c’est ainsi qu’on l’appelait. L’Ordre les chevaliers rouges gouvernant le royaume à l’image du félon divin vivait alors son apogée. Plus pour longtemps. Croyez-moi sur parole, il n’était jamais bon de s’attirer le courroux de l’Ordre. Il menait les rennes du pouvoir d’une main de fer, ne laissant aucune place au doute. Nombreux furent les braves gens qui furent pendus, car comme tous les hommes de pouvoir, Virgil avait des ennemis. Et c’est ainsi que le roi des bataille traitait avec eux. A cette époque, je n’étais pas encore barde. Oh non, et jamais je n’aurais imaginé que telle était ma vocation. Il faut dire que j’étais loin de me douter qu’il existait quelque part un homme qui aurait le courage de se dresser contre l’Ordre et de défaire le roi des batailles ! Un hommes dont les exploits méritaient de traverser les âges à travers les légendes.

N’y voyez pas de prétention de ma part lorsque j’affirme qu’Owen Call était alors le meilleur pisteur du roi. J’aurais traqué un écureuil à travers les terres d’Axia sans en perdre la trace ! Le doute assombrit vos yeux mes amis, c’est pourtant la vérité. Preuve à l’appui : Virgil en personne m’avait intimé l’ordre de retrouver le seigneur du bois maudit qui s’y terrait, prêchant la révolution contre la tyrannie sévissant à Axia. C’est ce qui se disait en tout cas. Pour ma part, je n’y croyais pas du tout. Le seigneur du bois maudit était un mythe né du désespoir de la populace. De tous temps, les faibles gens se sont inventés des héros salvateurs dont la foi et le courage finissent toujours par terrasser le mal. Mais on ne pouvait faire face à celui qui rongeait Axia. Oui, c’est là ce que je croyais. Toujours est-il qu’on m’avait confié une mission que je devais mener à bien. Il était en effet préférable de ne pas faillir lorsque le roi des batailles vous accordait sa confiance. Le dilemme qui s’empara de moi faillit me rendre fou. Comment capturer et tuer un homme qui n’existe pas ? Ma seule option était de mettre la main sur le premier idiot qui oserait prétendre au titre de seigneur du bois maudit, mais même alors, cela revenait à condamner un innocent, et j’étais profondément opposé à cette idée. Pour autant, je ne voulais pas mourir ! C’est ainsi que je me mis en chasse d’un homme imaginaire et de son armée de rebelles. Mes recherchent m’obligèrent à voyager beaucoup, et force me fut de constater que les petits villages reculés accordaient bien plus d’importance à ce mythe que la plèbe d’Axia. Je repris espoir : finalement cet homme n’était peut-être pas une légende ! On parlait d’un géant aux pouvoirs mystérieux dont le simple regard enflammait le cœur de ses fidèles et brûlait vif ceux de ses ennemis. Toujours sceptique, je parcourus monts et vallées à la recherche de nouveaux indices. Je ne tardai pas à les trouver. Mieux que cela, mes hommes et moi tombèrent sur un convoi royal récemment attaqué par des brigands agissant sous la bannière du chef rebelle ! Je suivis les traces, et bien que ma proie se révéla douée pour brouiller les pistes, je finissais toujours par déjouer ses pièges. Le plus étonnant dans cela fut qu’il semblait fuir seul. Sa pléthore d’hommes armés avait bifurqué vers le Nord, abandonnant leur chef à son sort. Trois jours de traque acharnée se révélèrent payants. Nous finîmes par encercler notre proie qui se terra dans une passe ; tout laissait penser que le seigneur du bois maudit vendrait cher sa peau. Bien que j’admirai les talents et le courage de ce dernier, cela m’était bien égal. J’avais rempli ma mission, à mes hommes de faire le reste. Six des meilleurs chevaliers rouges auraient raison d’un seul homme fatigué. C’était une triste démonstration de l’idée que l’Ordre se faisait de l’honneur, mais le chef des rebelles devait périr, Virgil avait parlé. J’envoyai ma garde finir le travail, incapable d’assister à l’effusion de sang qui s’ensuivrait. Le silence s’abattit sur moi, et je ne pus contenir le sentiment de honte qui s’empara de moi : j’avais condamné cet homme qui incarnait tous mes idéaux par crainte du roi. En proie avec ma conscience, le sommeil me surprit, et je perdis toute notion du temps. Lorsque je m’éveillai en sursaut, le soleil disparaissait derrière la cime des arbres. Devant moi un jeune homme était assis, m’observant de ses yeux moqueurs. Bien que je fis un piètre combattant, je portai la main sur la garde de mon épée. L’instinct m’avait soufflé cet acte stupide. Le garçon ricana. Je m’enquis de son nom, mais il ne répondit pas. Je repris la parole :
- Où sont mes hommes ?
Pour seule réponse, son regard se glaça. Ses yeux noirs se plantèrent dans les miens, m’inspirant une terreur comme je n’en avais jamais ressenti.
- Les chevaliers étaient tes hommes ? Alors j’ai fais une erreur. J’aurais dû te tuer dans ton sommeil !
- Où sont-ils ? criais-je, en proie à la panique.
- En enfer vieil homme. Mais n’ai crainte, tu vas les rejoindre bientôt.
Malgré l’absurdité de tels propos, je sus que le garçon ne mentait pas. Je scrutai alors les environs, à la recherche de ses alliés. Il n’y avait pas âme qui vive. Cela me rassura, car au crépuscule de ma mort, mes talents ne m’avaient pas trompés. Mais cela ne pouvait signifier qu’une chose. Celui qui avait terrassé six chevaliers rouges à lui seul se trouvait juste devant moi. Une autre évidence me frappa soudain : ce gamin n’était autre que le seigneur du bois maudit !

Tu ne m'écoutes pas jeune homme. Dois-je comprendre que mon histoire ne t'intéresse pas ? Alors pourquoi discutes-tu avec ton camarade, interrompant mon récit ? Me prieras-tu de continuer ? Ou préfères-tu que je m'en tienne là ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jayse
Elève
avatar

Nombre de messages : 1249
Age : 32
Date d'inscription : 30/07/2007

Statistiques du personnage
camp: neutre
type: magicien
PV:
20/200  (20/200)

MessageSujet: Re: l'éveil d'un héros   Mer 23 Jan - 19:34

non! non! continue!!!! pitier! continue!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dantes
Paysan
avatar

Nombre de messages : 732
Age : 30
Date d'inscription : 02/10/2006

Statistiques du personnage
camp: bien
type: guerrier = soldat
PV:
20/200  (20/200)

MessageSujet: Re: l'éveil d'un héros   Mer 23 Jan - 21:28

Mmm… Très bien mon garçon ! Mais à l’avenir, ne m’interrompt plus s’il te plait. Où en étais-je ? Ah oui, le garçon.

En vérité, ce ne fut pas la peur de mourir qui me perturba le plus. Aussi fou que cela puisse paraître, je n’arrivai pas à détacher mon regard des yeux du jeune homme. Des yeux noirs comme le jais, aussi froid que la mort… J’avais déjà vu ce regard, et la peur qu’il m’inspira alors confirma cette idée. Voyez-vous, à cet instant, une question s’imposa à mon esprit. Du roi des batailles ou du seigneur du bois maudit, qui redoutais-je le plus ? Tous deux m’inspiraient la même crainte, et faire face à l’un comme à l’autre revenait à mourir, j’en étais persuadé. Mais que devais-je faire ? Fuir au risque d’annoncer mon échec à Virgil ? Ou engager un combat perdu d’avance contre un gosse qui me faisait l’effet d’un démon ? Je décidai qu’il était préférable de perdre la vie de la main d’un fou aux idéaux droits et justes plutôt que de le faire pour avoir faillit à un ordre direct d’un souverain tyrannique. Et toute peur me quitta. Je m’emparai de mon épée et attendit le coup qui me serait fatal : j’étais peut-être ambitieux, mais pas idiot. Je ne faisais pas le poids contre un guerrier qui avait arracher la vie à six chevaliers de l’Ordre ! Le jeune homme ne fit pas un geste. L’épée toujours au fourreau, il se contenta de m’observer. Son visage perdit sa froideur, et lorsqu’il reprit la parole, sa voix avait perdu toute agressivité.
- Tu ne peux pas me vaincre, et tu le sais. Je l’ai vu dans tes yeux. Alors pourquoi me combattre ?
A ces mots, le doute m’assaillit. Pris au dépourvu, mon bras s’affaissa. Le gosse éclata de rire. J’en fut profondément vexé. En y repensant bien des années plus tard, j’ai compris que seul mon air désabusé avait amusé mon adversaire. Cela pouvait aisément se comprendre : malgré la différence d’âge, ma prestation fut semblable à celle d’un garçon pris la main dans le sac à voler des sucreries. Tandis que le jeune homme me faisant face dominait la situation du haut de ses dix-huit ans – peut-être vingt – avec un sang froid déconcertant. Avouez que cela laisse à réfléchir !
- Qui a mené la traque ? me demanda-t-il.
- Moi, avouai-je en baissant la tête.
- Toi ? Tu n’es pas un guerrier. Tes mouvements sont lourds et ton bras lent. Pourtant, je n’ai pas su te perdre dans ces bois que je connais comme ma poche ! Qui es-tu ?
Je répondis sans l’ombre d’une hésitation, résolu à affronter mon destin.
- Le roi te veut mort. C’est moi qu’il a envoyé, je suis pisteur. Je n’ai pas trouvé le courage de refuser.
- Il t’aurait tué ? Et maintenant, c’est moi qui vais prendre ta vie. Quelle ironie !
- Alors finissons-en ! m’écriai-je en me jetant sur lui. Avant que mon cerveau n’ait eu le temps de réaliser ce qui se passait, un choc terrible m’envoya rouler au sol. Mon épée s’était brisée.
Je levai les yeux vers mon bourreau, mais il n’avait pas bougé. Il lui aurait pourtant été simple de m’achever. Il n’en fit rien.
- Je ne vais peut-être pas te tuer finalement. Dis à ton roi que le temps de la justice est venu. Dis-lui qu’un jour, je lui arracherai le cœur !
Puis il me tourna le dos et s’enfonça sous le couvert des arbres.
- Attends ! m’écriai-je soudainement. Pourquoi fais-tu cela ? Es-tu comme je le crois le seigneur du bois maudit ?
Le garçon s’arrêta, marquant un long silence. Je cru qu’il ne répondrait pas. Pourtant, il finit par le faire.
- Il n’y a pas de seigneur du bois maudit. A l’origine, c’était une blague qui a prit plus d’ampleur qu’elle ne l’aurait dû. C'est ainsi que naissent les légendes.
- Alors qui es-tu ?
- Pourquoi mon nom a-t-il tant d’importance ? Tu ne me reverras plus. Mais puisque cela semble important à tes yeux, sache seulement que d’où je viens, on m’appelle Dantes. Bientôt, tout Axia connaîtra ce nom. Et alors, l’Ordre connaîtra la même peur que celle qu’il répand depuis trop longtemps. Au revoir Owen Call.
Et sans un mot de plus, il disparut dans les bois.

Dantes… en dépit de son jeune âge, je pressentis que sa malédiction s’abattrait sur l’Ordre comme il l’avait promis. Mais il se trompait sur un point : nous étions amené à nous revoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jayse
Elève
avatar

Nombre de messages : 1249
Age : 32
Date d'inscription : 30/07/2007

Statistiques du personnage
camp: neutre
type: magicien
PV:
20/200  (20/200)

MessageSujet: Re: l'éveil d'un héros   Jeu 24 Jan - 15:28

et qu'est ce qu'il est arriver?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dantes
Paysan
avatar

Nombre de messages : 732
Age : 30
Date d'inscription : 02/10/2006

Statistiques du personnage
camp: bien
type: guerrier = soldat
PV:
20/200  (20/200)

MessageSujet: Re: l'éveil d'un héros   Jeu 24 Jan - 15:31

[Patience, j'édite au fur et à mesure mon histoire en la modifiant pour les besoins du forum, et ça prend pas mal de temps. Mais si ça t'intéresse, je ne tarderai pas à raconter la suite de l'histoire !]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jayse
Elève
avatar

Nombre de messages : 1249
Age : 32
Date d'inscription : 30/07/2007

Statistiques du personnage
camp: neutre
type: magicien
PV:
20/200  (20/200)

MessageSujet: Re: l'éveil d'un héros   Jeu 24 Jan - 15:33

[ ouai!!!! *devient dingue devant son PC*]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gemma Tilde
Comtesse
avatar

Nombre de messages : 294
Age : 28
Date d'inscription : 04/10/2006

Statistiques du personnage
camp: mal
type: rodeur
PV:
20/200  (20/200)

MessageSujet: Re: l'éveil d'un héros   Sam 26 Jan - 17:48

[Faaaaaaaaaaabuleux *_____*! Tu écris véritablment comme un Dieu *__*! *se prosterne, se prosterne*
Très belle histoire (enfin belle... non pas que des morts à chaque paragraphe m'enchante tant que ça, maaais, très intéressant ça promet!), j'espère qu'on aura droit à la suite dans pas trop longtemps, voilà qui nous tient bien en haleine ><!
(Mais comment va-t-il défaire Virgil? Quel est cet Ordre dont le barde nous parle? Comment ce pisteur/barde va-t-il se retrouver aux côtés de Dantes? Nous saurons tout cela au prochain épisode! Du moins, l'espérons-nous ^^')

Ah et, c'est tout à fait subjectif mais Owen, c'est parfait comme nom ^o^!

Et aussi, je n'ai pas pu m'empêcher de jubiler quand j'ai entendu le "Dantes était un menteur doublé d'un assassin, un homme qui aurait égorgé son meilleur ami si cela avait desservi ses dessins." Si tout le monde pouvait enfin le voir tel qu'il est Twisted Evil . [aller Gemma, sort de ce corps ><!]

Bref, je te tire mon chapeau ^^.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wethe
Prêtre
avatar

Nombre de messages : 693
Age : 28
Date d'inscription : 14/10/2006

Statistiques du personnage
camp: bien
type: prêtre
PV:
20/200  (20/200)

MessageSujet: Re: l'éveil d'un héros   Sam 26 Jan - 21:31

(^___^ j'ai beaucoup aimé! bien que je ne sois pas spécialement fan d'histoire quelques peu aussi sombre -de plus je suis extrêmement feignant de lire les paragraphe aussi épais, mais j'ai pris du courage et je n'en suis pas déçu!- tu écris vraiment très bien, et le déroulement se file bien! j'aime! ^_^
Vivement la suite! ^o^ )

_________________
...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dantes
Paysan
avatar

Nombre de messages : 732
Age : 30
Date d'inscription : 02/10/2006

Statistiques du personnage
camp: bien
type: guerrier = soldat
PV:
20/200  (20/200)

MessageSujet: Re: l'éveil d'un héros   Dim 27 Jan - 23:21

[Vous me flattez, vous me flattez, et moi, sensible à vos jolis mots, je ne demande qu'à vous plaire en postant la suite au plus vite. Encore un peu de patience toute fois, il reste à fignoler quelques détails !]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dantes
Paysan
avatar

Nombre de messages : 732
Age : 30
Date d'inscription : 02/10/2006

Statistiques du personnage
camp: bien
type: guerrier = soldat
PV:
20/200  (20/200)

MessageSujet: Re: l'éveil d'un héros   Mer 6 Fév - 16:02

[Voici un nouvel extrait, mais hélas, il est un peu court. Je n'ai malheureusement pas le temps d'en mettre plus aujourd'hui.]

La bataille de Skerya qui sonnerait le déclin d’Axia la grande avait éclaté à l’aube, tôt ce matin. Usés par des mois d’une violente campagne menée contre les soldats rebelles hostiles au règne de Virgil, les chevaliers de l’Ordre avaient été contraints de se replier dans les montagnes de Skerya, cédant l’immense plaine Vangriane aux troupes d’Hector le sanguinaire. Mais laissez-moi vous compter comment la force guerrière la plus puissante du vieux continent en arriva à cette situation délicate.

Trois ans d’une lutte acharnée et une discipline de fer avait permis au seigneur du bois maudit de former des hommes aguerris que n’effrayaient pas la menace d’une mort certaine. Aussi lentement qu’inexorablement, le chef rebelle avait rassemblé paysans, fermiers et autres bandits de grand chemin qui oublièrent leurs différents pour se concentrer sur la haine que tous nourrissaient contre leur ennemi commun. La pléthore d’hommes devint une troupe de solides mercenaires, les mercenaires furent bientôt des soldats, et l’armée se transforma en une petite nation qui proclama son indépendance le jour du festin annuel du Samains donné en hommage au roi des batailles. C’est ainsi que le règne de terreur de Virgil prit fin. Car si l’Ordre des chevaliers rouges n’en demeura pas moins puissant, la nation prit conscience que leur souverain n’était qu’un seul homme auquel de simples paysans pouvaient faire face. Le coup porté à Virgil était bien plus lourd en conséquence qu’une bataille rangée au cours de laquelle les rebelles auraient été massacrés par centaines. C’est ainsi que la campagne de répression menée par l’Ordre fut lancée. De nombreuses familles rebelles furent pendues, mais la légende du seigneur du bois maudit grandissait, attirant plus d’hommes à lui que les chevaliers n’en tuaient.

Le terrain hostile d’immenses forêts qui faisait la force des rebelles contraint les hommes de Virgil à se déployer par milliers sur une étendue incroyablement vaste. Les mois passaient, mais du légendaire seigneur rebelle, il n’y avait plus trace. J’ai moi-même longtemps ignoré ce qu’il advenait de Dantes, mais j’appris par la suite qu’il avait déserté les terres d’Axia pour la sécurité relative d’un royaume voisin, dirigé par Hector, un homme preux mais trop peu influent pour soulever sa nation contre les forces du roi des batailles. Dantes n’avait pas fuit, oh non ! Croyez-moi, car Dantes n’était pas un pleutre. Accompagné de ses généraux les plus proches, il mit à profit la guerre que se livraient les chevalier de l’Ordre et ses propres forces pour convaincre Hector d’instaurer une alliance et de marcher sur Axia. Et c’est ce que fit celui qui deviendrait le sanguinaire. Car les armées de Virgil étaient disséminées partout dans le royaume ; c’est ainsi qu’aveuglé par son orgueil, le roi des bataille exposa le cœur même de son royaume au joug de ses voisins et perdit la guerre avant même qu’elle n’eu commencé.

Comme je l’ai dit, lorsque la guerre éclata, les chevaliers étaient trop peu nombreux pour défendre le royaume. Attaqués de tous côté, ils cédèrent en quelques jours la plupart des points stratégiques du royaume. Inférieurs en nombre, ils tachèrent de compenser ce handicap en défendant la passe de Skerya où ils avaient été contraints de se replier. Skerya, dernier rempart aux hordes de guerriers sanguinaires déferlant sur le royaume de Virgil. Skerya, ultime espoir de règne pour l’Ordre.

Les chevaliers vendirent chèrement leur peau. Mieux que cela, l’élite des guerriers de Virgil infligea aux troupes d’Hector des pertes colossales. L’Ordre était à deux doigts d’enfoncer ses ennemis ; alors ils auraient reprit espoir, semant la mort et le chaos, gagnant le temps nécessaires aux chevaliers rouges, rappelés en renfort, de prendre l’armée d’Hector à revers. Et de reprendre la plaine Vagriane, symbole de l’étendue de la puissance d’Axia. Oui, c’est ainsi que les choses auraient dû se passer. Malheureusement pour l’Ordre, c’est à Skerya que Dantes réapparut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: l'éveil d'un héros   

Revenir en haut Aller en bas
 
l'éveil d'un héros
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un réveil difficile - Terminé
» Le réveil du chat
» Honor's Veil : les phoenix !
» Le réveil [Boule Epineuse]
» Un réveil difficile et un nouveau point de départ. [Libre à un membre de Fairy Tail]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Monts Irréels :: Sud de la Ville :: L'auberge :: Au coin du feu-
Sauter vers: